The Old Texts - Part 1

Les sources écrites antiques - 1ère partie

 

Quoi de neuf ?

Mes livres

Histoire des échecs

Variantes

Liens

6th, 7th and 8th centuries

Les VIe, VIIe et VIIIe siècles


Date

Title

Author

Language


 

569

Xiangjing
(
Symbol game manual)

Wudi

Chinese

Attributed to Emperor Wudi (561 - 578), founder of the Northern Zhou (Beizhou) dynasty of China, and evoked in ulterior texts as the Zhoushu, "Book of the Zhou Dynasty", written by Linghu Defen (583-661), the Suishu by Wei Zheng (580-643) and the Beishi, "History of the Northern Dynasties", by Li Yanshou (612-678). In the Suishu it is written: "When Zhou Wudi made the Xiangjing, the now deceased emperor casually asked Zheng: What is the place of the ruler of mankind, should he unify heaven and earth, should he move the ghosts and spirits, like in the Xiangjing with many binding rules, how shall I govern?". Was this game Xiangqi? Probably not, it is assumed that it was an "astronomical game".

Daté de 569 et attribué à l'empereur Wudi (561 - 578), fondateur de la dynastie des Zhou du Nord (de la Chine). Cet ouvrage est mentionné dans des écrits postérieurs comme le Zhoushu, "Livre de la dynastie des Zhou » écrit par Linghu Defen (583 - 661), le Suishu par Wei Zheng (580 - 643) et le Beishi, « L'histoire des dynasties du Nord » par Li Yanshou (612 - 678). Dans le Suishu il est inscrit : « Quand Zhou Wudi fit le Xiangjing, le défunt empereur demanda à Zheng : quelle est la place du Maître des hommes, doit-il unir la terre et le paradis, doit-il déplacer les fantômes et les esprits, comme dans le Xiangjing avec beaucoup de règles imbriquées, comment dois-je gouverner ? ». Est-ce que ce jeu était le Xiangqi ? Probablement non, on suppose qu'il s'agissait d'un "jeu astronomique".

 

c. 569

Xiangxifu
(
Xiangxi Poem)

Yu Xin

Chinese

Text made up in an obscure language by the General Yu Xin (513 - 581) who estimated that "all the things are shown in this game in the most perfect proportions".  In a letter accompanying the presentation of his poem to the throne, it appraises the emperor who managed to represent the order of the world in his game. On a square board, "carrying out in the south the tallies from Red river, carrying out in the north the tactics from Black mountain". The historian Banaschak opined that this text was composed in or shortly after 569.

Poème sur le Xiangxi : texte composé dans un langage obscur par le général Yu Xin (513 - 581) qui estime que « toutes les choses sont montrées dans ce jeu dans les plus parfaites proportions ». Dans une lettre accompagnant la présentation de son poème au trône, il loue l'empereur qui est parvenu à représenter l'ordre du monde dans son jeu. Sur un plateau carré, "portant au sud les marques de la rivière rouge, portant au nord les tactiques de la montagne noire".

 

< 581

Xiangjingxu
(
Preface to the Xiangjing)

Wang Bao

Chinese

Unfortunately, the Xiangjing is no longer extant, however a preface written by Wang Bao (died in 576 or 581) has been transmitted. It says that the game was supposed to represent the 12 phenomena: Earth and Heaven, the Yin and Yang principles, the passing of seasons, the eight trigrams, the musical scale, loyalty and filial piety, lord and vassal, civil and military, rites and virtues. All this refers to several philosophical Chinese schools of the times. Bao's preface also explains that the pieces were moved on a board and that both strategy and military thoughts played a role in the game. Therefore, it is by no doubt a book about a "Xiangqi" but several scholars and specialists think that it is an homonymical case and that this Xiangqi would be an astronomical game, Xiangxi, used for divination purpose, where pieces represented sun, moon and planets. The "Book of celestial game" would be a better translation of its title. Nevertheless, it can not be excluded that this game has played a role as a precursor of some elements of modern Xiangqi.

Le Xiangjing est malheureusement disparu mais on en a conservé une préface écrite par Wang Bao (mort en 576 ou 581). Elle dit que le jeu était sensé représenter douze phénomènes: la terre et le paradis, les principes du Yin et du Yang, le passage des saisons, les huit trigrammes, l'échelle musicale, la loyauté et la piété, le seigneur et le vassal, le civil et le militaire, les rites et les vertus. Tout ceci est lié à plusieurs écoles de pensée chinoises de l'époque. La préface de Bao explique aussi que des pièces étaient déplacées sur un tableau et que la stratégie et la pensée militaire jouaient un rôle dans le jeu. C'est donc un livre sur un Xiangqi mais plusieurs spécialistes pensent qu'il s'agit d'un cas d'homonymie et que ce Xiangqi là serait un jeu astrologique, le Xiangxi, utilisé à des fins divinatoires, où les pièces représentaient le soleil, la lune et les planètes. Le « Livre du jeu céleste » serait d'ailleurs une meilleure traduction de son titre. Mais peut-être que le jeu décrit a joué un rôle en tant que précurseur de certains éléments des Echecs chinois.

 

600

savadattâ

Subhandu

Sanskrit

Indian romance written by Subhandu, around year 600 (or much earlier, in the second half of the 5th century, under the Gupta Empire).  It tells the story of the princess of Ujjayinî and contains a short intriguing passage:  "the time of the rains played its game with frogs for chessmen, which, yellow and green in colour, as if mottled with lacquer, leapt up on the black field squares".  Murray accepted it for a Chess reference. However, it is not a solid proof.  The word translated as "game pieces" (nayadyûtair) is not specific to Chess and can indicate the pieces of any boardgame.  The colors are not those of the two camps, but mean that the frogs have a yellow and green dress.  Finally, "black field squares" can be also translated by "black edges of the irrigated fields". In any case, chessboards used by the Indians were unicheckered, the black squares being an European mediaeval invention.

Romance indienne écrite par Subhandu, autour de l'an 600 (ou beaucoup plus tôt, dans la deuxième moitié du 5e siècle, sous l'Empire Gupta). Elle raconte l'histoire de la princesse d'Ujjayinî et contient un court passage intrigant : « La saison des pluies jouait son jeu avec des grenouilles comme pièces de jeu, qui, vertes et jaunes comme marbrées de laque, bondissaient sur les champs carrés noirs. ». Murray y voyait une première référence aux Echecs. Cependant, ce n'est pas une preuve solide. Le mot traduit comme « pièces de jeu » (nayadyûtair) n'est pas spécifique aux Echecs et peut désigner les pièces d'autres jeux. Les couleurs ne sont pas celles des deux camps, mais signifient que les grenouilles ont une robe bicolore, jaune et verte. Enfin, certains traduisent « champs carrés noirs» par « bordures noires des champs irrigués » ; et de toutes façons, les échiquiers utilisés par les Indiens étaient unicolores, les cases noires étant une invention européenne au Moyen Âge.

 

<620

Wizârišn î chatrang ud nihišm î nêw-ardaxšîr
(
The explanation of Chess and the invention of Nard)

 

Pahlavi

Also known as "Mâdayân î chatrang" or simply named "Chatrang nâmag" (The book of Chess) by Murray. The dating of this text is very controversed as the most indusputable and oldest manuscript was copied in India in 1322. Murray gave 650-850 and, until recently, historians were believing that the text was from the 9th century. However, in a 1999 study, Antonio Panaino, professor of Iranian philology, explained that its anonymous author was, with good probability, a secular literate at the court of Xusraw (Khosraw) I (531-579). That would give a writing about the first years of the 7th century.
This text is the earliest reference naming the different Chess pieces. It describes how Chatrang arrived at the court of Persia with an Indian embassy.
Dêwišarm (Divsaram), an Indian king (identified to Deva
S´arvavarman, a king of Kanauj from the Maukhari dynasty, by Renate Syed, professor of Sanskrit) sent its vizier, Tâtarîtos (Takhtritus), to Xusraw I Anôšag-ruwân (immortal soul), Shâh of Persia, with many presents:  "a set of 16 emerald and 16 ruby pieces, 90 elephants and 1200 camels charged with gold, silver, jewels, pearls and rainment".  A challenge accompanied this caravan:  "As your name is King of the Kings, that means that your wise men should be wiser than ours.  Either you discover the secrets of this game, or you pays tribute".  Xusraw asked for few days to solve the enigma. The last day, Wuzurgmihr (Vazorgmitro) rose and says to his king:  "I shall solve this game easily and secure revenue and tribute from Dêwišarm and I shall prepare another thing and shall send it to Dêwišarm which he shall not be able to solve and I shall exact double the tribute from him; and be you sure of this that you deserve the emperorship, and the wise men here are wiser than those of Dêwišarm".  He called Tâtarîtos before him and said:  "Dêwišarm made this game of chess like war. He made the Kings (Shâh) like two overlords, the Ministers (Mâdayâr or Rox) essential for the left and the right flanks, the General (Frazên) to resemble the chief of the warriors, the Elephant (Pîl) to resemble the chieftain protecting the rear, the Horse (Asp) to resemble the chief of the horsemen, and the Pawns (Payâdag) to resemble the foot-soldiers who lead in battle ". Then Wuzurgmihr proposed to the Xusraw to send to Dêwišarm a game of his invention, the Nêw-Ardaxšîr, thus named in the honor of Ardaxšîr (Ardashir), the founder of the dynasty.  This game used 15 black and 15 white pieces on a table inspired by the movement of the stars and the cycle of the days. This history is interesting for several aspects.  Firstly, it accredits by Persians themselves the Indian origin of Chess.  Then, it proposes the date of the arrival of Chess for the end of the 6th century. Finally, it highlights Nêw-Ardaxšîr, soon altered in Nard, which is transmitted to Indians in return and which is the Backgammon ancestor. This latest point is not likely  to be an historical reality. It should not be forgotten that this text his a tale and nothing proves that the scene at the court of Persia is historic, even though it could have happened...
It is interesting to notice that for a text composed in the purpose of honor the national pride, Persians preferred to attribute the invention of Chess (
Chatrang) to foreigners and to assign a game of chance for themselves.  That could surprise us but it should be understood that our scale of value does not apply to every cultures nor all the times.  There, games of though were seen as simple entertainments whereas games of chance were held in higher regard because they engaged the dialogue with the Gods.

Également connu comme le "Mâdayân î chatrang" ou encore nommé "Chatrang nâmag" (Le livre des échecs) par Murray. Le titre complet signifie « l'explication des Échecs et l'invention du Nard ». Sa datation ne fait pas encore l'unanimité parmi les historiens (le plus vieux manuscrit dont on soit certain a été copié en Inde en 1322). Murray donnait 650-850, et jusqu'il y a peu, nombreux étaient ceux qui inclinaient pour une origine au IXe siècle. Cependant, une étude de 1999 de Antonio Panaino, spécialiste de l'Iran ancien, explique que son auteur anomyme pourrait vraisemblablement avoir été un lettré de la cour de Xusraw (Chosroes) Ier (531 - 579). Ce qui indiquerait une date d'écriture dans les premières années du VIIe siècle au plus tard.

Ce texte est la première référence donnant le nom des pièces. Le texte raconte comment le jeu parvint en Perse. Dêwišarm (Divsaram), un roi de l'Inde du Nord (qui pourrait être Deva S´arvavarman, un roi de Kanauj de la dynastie des Maukhari d'après Renate Syed, professeur de Sanskrit) envoya son vizir, Tâtarîtos (Takhtritus), à Xusraw Ier Anôshag-ruwân (Anushirwan, à l'âme immortelle), shah de Perse (531 - 578) avec de nombreux présents : un ensemble de seize pièces d'émeraude et seize autres en rubis, 90 éléphants et 1200 chameaux chargés d'or, d'argent, de joyaux, de perles et de vêtements. Un défi accompagnait cette caravane : « Comme ton nom est Roi des Rois, ton emprise sur nous signifie que tes sages sont plus sages que le plus sage d'entre nous. Soit tu découvres les secrets de ce jeu, soit tu nous paies un tribut en retour ». Anushirwan demanda quelques jours pour résoudre l'énigme. Le dernier jour, Wuzurgmihr (Vazorgmitro) se leva et dit à son roi :  « Oh Immortel, si j'ai gardé le silence jusqu'à ce jour, c'est que je voulais que tous sachent que je suis le plus sage de tous les hommes de ce pays. Je vais expliquer le Chatrang et t'assurer la soumission de Dêwišarm ». Il fit appeler Tâtarîtos et lui expliqua : « Dêwišarm a fait ce jeu comme la guerre. Il y a les Rois, comme deux commandants en chef, les Ministres essentiels pour les flancs droit et gauche, le Général comme chef des guerriers, les Éléphants qui ressemblent aux gardes du corps royaux, les Chevaux dirigeant la cavalerie et les Fantassins identiques à ceux qui mènent la bataille ». Ensuite Wuzurgmihr proposa au shah d'envoyer à Divsaram un jeu de son invention, le Nêw-Ardaxšîr, ainsi nommé en l'honneur d'Ardaxšîr (Ardachêr), le fondateur de la dynastie. Ce jeu utilisait 15 pièces noires et 15 pièces blanches sur un tableau inspiré par le mouvement des astres et le cycle des jours. Une caravane partit alors pour l'Inde, menée par Vazorgmitro lui-même. Mais personne là-bas ne put deviner les règles de ce jeu. Dêwišarm accepta alors de payer tribut aux Persans et Wuzurgmihr fut couvert d'honneurs et de présents. Cette histoire est intéressante pour plusieurs aspects. D'abord, elle accrédite par les Persans eux-mêmes l'origine indienne des Échecs. Ensuite, elle cadre la date d'arrivée pour la fin du 6e siècle. Enfin, elle mentionne le Nêw-Ardaxšîr, vite déformé en Nard, qui est transmis en retour aux Indiens et qui est l'ancêtre du Backgammon. Ce dernier point n'est vraisemblablement pas fidèle à la réalité historique et il convient de rappeler que ce texte est une légende. Rien ne prouve que la scène de l'arrivée du Chaturanga (les Échecs) à la cour du roi de Perse soit historique, même si elle n'est pas invraisemblable non plus...
Il est intéressant de noter que pour un texte composé dans l'intention d'encenser l'honneur national, les Persans ont préféré attribuer l'invention des Échecs (Chatrang) aux étrangers et revendiquer un jeu de hasard pour eux-mêmes. Cela nous surprend mais il faut comprendre que notre échelle de valeur ne s'applique pas à toutes les cultures ni à toutes les époques. Là par exemple, les jeux de réflexion étaient vus comme des simples divertissements alors que les jeux de hasard étaient tenus en plus haute estime parce qu'ils engageaient le dialogue avec les Dieux.

 

< 628

Kârnâmag î Ardaxšîr î Pâbagân
(
The book of the achievements of Ardashîr, son of Pâbag)

 

Pahlavi

Epic text written in Pahlavi, middle-Persian, to honor Ardashir, the national hero. It tells the life of Ardaxšîr (Ardashir) 1st, founder of the Sassanide dynasty and which reigned from 226 to 241.  This text was probably written during the reign of Xusraw (Khosraw) II (590 - 628) but its first mention is only in 943-4. It reports that Ardashir was "more victorious and warlike than them all, on the polo and the riding, at Chatrang and Nêw-Ardaxšîr (=Nard, ancestor of Backgammon), and in several other arts".  If it is improbable that Chatrang existed so early, it remains nevertheless that this game was held in high regard in Persia at the time of writing the Kârnâmak.

Épopée persane écrite en pahlavi, persan ancien, (titre complet : le livre des accomplissements de Ardaxšîr - Ardachêr - fils de Pâbag) qui raconte la vie de Ardachêr 1er , fondateur de la dynastie Sassanide et qui régna de 226 à 241. Ce texte a été écrit pendant le règne de Xusraw II (Chosroe Abhavêz Parviz) (590 - 628) mais n'a été mentionné de façon sûre qu'en 943-4. Il rapporte que Ardaxšîr, véritable héros national, était « plus preux et plus habile que quiconque au polo, au dressage de chevaux, au Chatrang et au Nard (ancêtre du Backgammon), à la chasse et autres talents». S'il est improbable que le Chatrang ait existé si tôt, il reste néanmoins que ce jeu était tenu en haute estime en Perse au moment de la rédaction du Kârnâmak.

 

625-640

Harshacharita

Bâna

Sanskrit

Official history of king Shrî Harsha (Harsha the blessed) of Kanauj (606-647), written by the poet of court Bâna between 625 and 640.  Kanauj is the old name of Kânyakubja, a city which was a powerful Indian kingdom on the Ganges valley. The king was famous for his conversion to Buddhism.  Bâna, praising the prevailing peace, said:  "Under this monarch, only the bees quarreled to collect the dew;  the only feet cut off were those of measurements, and only from Ashtâpada one could learn how to draw up a Chaturanga, there were no cutting off the four limbs of condemned criminals...". All the text plays with puns. If there is little doubt that Ashtâpada is the gaming-board of 8x8 squares, the double meaning of Chaturanga, as the four folded army, is controversed. There is a probability that the ancestor of Chess was mentioned there. However, some disagree and see in this text an allusion to the giant Purusha, often represented with his limbs folded on a square 8x8 or 9x9 diagram. The vedic mythology says the Gods caught him with a net, and with his sacrifice, the World was created. Here could lie the explanation of the pun. The point remains open.

Histoire officielle du roi Shrî Harsha (Harsha le béni) de Kânyakubja (606-647), écrite par le poète de cour Bâna entre 625 et 640. Kânyakubja est l'ancien nom de Kanauj, ville au centre d'un royaume indien dans la vallée du Gange. Le roi Harsha fut un souverain brillant, fameux pour sa conversion au bouddhisme. Bâna, louant la paix qui prévalait sous son règne, disait: « Sous ce monarque, seules les abeilles se querellaient pour collecter la rosée ; les seuls pieds coupés étaient ceux des mesures, et seulement de l'Ashtâpada ( tablier de jeu indien de 8x8 cases) on pouvait apprendre comment organiser le Chaturanga, on ne coupait pas les quatre membres des condamnés...». Ce texte joue avec les jeux de mots mais s'il y a peu de doutes sur la signification de l'Ashtâpada, le double sens de Chaturanga est moins évident. Le mot signifiait d'un côté les quatre branches de l'armée, mais de l'autre, était-ce déjà une allusion à l'ancêtre des Échecs ? Certains les contestent et le mettent plutôt en relation avec le géant Purusha, souvent représenté les membres pliés sur un diagramme carré de 64 ou 81 cases : la mythologie védique raconte que les dieux le capturèrent dans un filet, le sacrifièrent et qu’ils créèrent le monde en le démembrant. Le débat reste ouvert.

 

<651

Xusraw î Kavâtân ud rêdak
(
Xusraw, son of Kavad, and his page)

 

Pahlavi

Also known as "Xusraw u rêtak". That small text, probably written in the 7th century under the Sassanids, is dedicated to the education of the young princes under Xusraw I Anôšarwân (Khosraw Anushirwan) (531-579).  One of them teaches us that he "excels with Chess, Nard and "8 cases" ("ud pad chatrang ud nêw-ardaxšîr ud haštpây"). Hašt-pây is the Persian word for Ashtâpada. Therfore, Persians also knew Ashtâpada!

Le "Xusraw, fils de Kavâd, et son page" est un petit texte en moyen-persan, écrit probablement au VIIe siècle sous les empereurs Sassanides. Consacré à l'éducation des jeunes princes sous Xusraw Ier Anôšarwân (531-579). L'un d'eux nous apprend qu'il "excelle aux échecs, au nard et au "8 cases" ("ud pad chatrang ud nêw-ardaxshîr ud hashtpây").Ainsi les Persans connaissaient aussi le Ashtâpada! (merci encore à Thierry Depaulis pour cette information).

 

<712

Fanwang fazang shu
(
Comment on the Fanwang jing)

Fazang

Chinese

Fazang (645-712) was a Chinese Buddhist monk (but of Sogdian origin) who evoked "Prasena" in his text in these terms:  "Prasena was a military game in the Western Region (Central Asia) and two players each have more than twenty small jade tokens which serve as elephants and horses and these must takes strategic command of all roads on the board."  Was this Prasena a Chess-like game like Chatrang or is it the earliest testimony about Xiangqi?

Le Fanwang fazang shu, "Commentaire du Fanwang jing par Fazang". Fazang (645-712) était un moine bouddhiste chinois (mais d'origine sogdienne) qui évoqua un Prasena dans son texte en ces termes : "Le Prasena est un jeu militaire dans les régions de l'Ouest (Asie Centrale), où deux joueurs ont plus de vingt petits jetons de jade chacun qui servent d'éléphants et de chevaux and avec lesquels ils doivent prendre les commandes stratégiques de toutes les routes du plateau." Ce Prasena était-il le Chatrang ou bien est-ce le premier témoignage que l'on ait sur le Xiangqi?

 

728

Naqa'id Jarir wa al Farazdaq

al-Farazdaq

Arabic

The Arabs conquered Persia in 638-651 and soon discovered the game. The first Arabic reference to Shatranj is a verse containing the word "Baidaq" which means the "Pawn" in an al-Farazdaq's poem published in 728: "...you remain a Baidaq (Pawn) among the Bayâdiq (Pawns)". This technical allusion to the Pawn's promotion shows that the game was fairly known.

Les Arabes conquirent l'empire persan Sassanide entre 638 et 651 et découvrirent rapidement les Echecs. La première référence en arabe est un verset contenant le mot "Baidaq" qui signifie le "Pion" dans un poème de al-Farazdaq paru en 728: "... tu restes un Baidaq (Pion) parmi les Bayâdiq (Pions)". Cette allusion technique à la promotion du pion montre que le jeu était déjà bien connu.

 

<767

The Hanîfite Code

Abû Hanîfa

Arabic

Code of a great school, founded by Abû Hanîfa (died 767), which was the official canon under the 'Abbasids. It forbade Nard and disapproved Shatranj (but did not forbid it). The other great schools were the Mâlikite, founded by Mâlik ibn Anas (died 795) who was strongly opposed to Shatranj, the Shâfi'ite, founded by ash-Shâfi'i (died 820) who allowed it as long as it was not played for recreation, and the Hanbalite, founded by Ahmad ibn Hanbal (died 855) who agreed with Hanîfites.

Code de l'école de pensée islamique fondée par Abû Hanîfa (mort en 767) qui interdit le Nard et désapprouve (mais n'interdit pas) le Shatranj. Ce code était le canon officiel des califes Abbassides. Les autres grandes écoles coraniques étaient la Mâlikite, fondée par Mâlik ibn Anas (mort en 795) qui était fermement opposé au Shatranj, la Shâfi'it', fondée par ash-Shâfi'i (mort en 820) qui permettait la pratique du Shatranj tant que ce n'était pas un motif de récréation et la Hanbalite, fondée par Ahmad ibn Hanbal (mort en 855) qui s'accordait avec les vues des Hanîfites.

 

<800

Dashakumaracharita
(The narrative of ten young men)

Dandin

Sanskrit

A famous romance, with strong incertitudes on its real author and its date of composition. There would be a scene where the hero, Apaharavarman, would have observed a game of chess. (If you have more information about this passage, please contact me).

Une prose sanscrite connue des spécialistes, mais dont l'auteur réel et la date de composition reste controversée. Une scène verrait le héros, Apaharavarman, témoin d'une partie d'échecs. (Si vous connaissez davantage de détail sur ce passage, merci de me contacter).

 


 

The Ambassadors from India present the Chatrang to Khosrow I Anushirwan, "Immortal Soul", King of Persia 

Thanks to Gerhard Josten for an interesting discussion about Harshacharita

Thanks to Sylvestre Jonquay

References:

 

Part 1

Part 2

Part 3

Part 4

Part 5

13/04/2013